COVID-19

Sur les procédures de restructuration, de redressement et de faillite à la lumière de l'épidémie de COVID-19 et de la situation économique actuelle

L'introduction de l'état d'urgence à la lumière de l'épidémie de COVID-19, la mise en quarantaine subséquente, les restrictions connexes, une baisse des prix du pétrole et la dévaluation ultérieure du tenge, ensemble, auront un impact négatif grave sur la situation financière de débiteurs et créanciers. Cela peut conduire à la fois à la nécessité de protéger les débiteurs contre les réclamations des créanciers et à la protection des intérêts des créanciers afin d'éviter les abus de la part des débiteurs. À cet égard, nous avons jugé approprié de rappeler aux lecteurs les principaux régimes de règlement de l’insolvabilité dont disposent les créanciers et les débiteurs en vertu de la loi de la République du Kazakhstan sur la réhabilitation et la faillite ("Loi").


1. Les principales procédures.
La loi de la République du Kazakhstan "sur la réhabilitation et la faillite" prévoit les trois principales procédures de résolution l'insolvabilité :

  •  Procédure de restructuration de la dette ;
  •  une procédure de réhabilitation ; et
  •  Une procédure de faillite.

L'application d'une procédure de restructuration ou de réhabilitation est possible en cas de survenance d'une "insolvabilité temporaire" du débiteur, c'est-à-dire lorsque, par exemple, le débiteur a été en défaut pendant une période de quatre mois. Dans le même temps, compte tenu des modifications adoptées le 27.12.2019, il n'y a plus
limite minimale d'endettement pouvant servir de base à une telle demande. La procédure de faillite est possible dans une situation où le débiteur a encouru des frais "soutenus
insolvabilité", si : les dettes du débiteur dépassent son actif à la date de dépôt
Les dettes du débiteur dépassent son actif à la date de dépôt de la demande de mise en faillite et cette situation existait au début de l'année de dépôt de la demande.
2. Restructuration.
La restructuration de la dette peut être prometteuse si le débiteur est capable de négocier avec créanciers pour régler l'insolvabilité (par exemple, au moyen d'un rabais, d'un report de dette, etc.).
La procédure exige que le débiteur s'adresse à la juridiction, celle-ci prenant une décision dans un délai de 10 La procédure prévoit une demande du débiteur, un tribunal rend une décision dans les 10 jours ouvrables et accorde au débiteur un délai de deux mois pour parvenir à un accord avec les créanciers sur la le tribunal accorde au débiteur un délai de deux mois pour parvenir à un accord avec les créanciers sur le règlement de la dette.
Si le débiteur conclut un accord avec les créanciers dans le délai de deux mois, l'accord est soumis à l'approbation du tribunal, après quoi le débiteur est, entre autres, protégé contre les demandes des créanciers pour la période de validité de l'accord, est exemptée de sanctions, de rémunération, les arrestations sont supprimées,
L'exécution des actes judiciaires à l'encontre du débiteur est terminée, etc. La procédure de restructuration donne au débiteur la possibilité de rembourser ses dettes au cours de la La procédure de restructuration permet au débiteur de payer la dette en cours d'exécution de l'accord. La violation de l'accord entraîne sa résiliation, ce qui prive le débiteur des mesures de protection mentionnées.

3. Réhabilitation.
Une procédure de réhabilitation peut être utile dans une situation où le débiteur n'est pas en mesure de négocier une avec chaque créancier, mais si une telle solution est prête à soutenir les créanciers envers lesquels le débiteur est le plus endetté.
Dans le cadre de cette procédure, le débiteur ou le créancier s'adresse au tribunal. Pendant la procédure judiciaire l'audience décide s'il y a/n'y a pas lieu d'introduire une procédure de réhabilitation à l'égard du débiteur procédure de réhabilitation. Un administrateur temporaire est impliqué à cette fin, qui examine les L'administrateur provisoire examine la situation financière du débiteur et formule un jugement sur la présence/l'absence de motifs de réhabilitation du débiteur. le débiteur.
Si le tribunal fait droit à la demande, le débiteur et les créanciers disposent d'un délai de trois mois pour préparer et un plan de réhabilitation (le plan prévoit les mesures à prendre par le débiteur afin ainsi que le délai de remboursement de la dette aux créanciers). Le plan le plan de réhabilitation est approuvé par un vote à la majorité des créanciers (selon le principe d'une voix pour un ténor). L'absence de L'approbation du plan de réhabilitation entraîne la clôture de la procédure de réhabilitation.
Dans le cadre de la procédure de réhabilitation, le débiteur bénéficie de la protection des créanciers. L'accumulation des peines, amendes, ainsi que l'exécution des actes judiciaires à l'encontre du débiteur sont suspendues. Les réclamations contre le débiteur ne sont possibles que dans le cadre de la procédure de réhabilitation. Le débiteur acquiert la possibilité de poursuivre ses activités conformément au plan de réhabilitation. Toutefois, de sérieuses restrictions ont également été imposées au débiteur, par exemple, pour la conclusion de nouvelles transactions.
4. Faillite.
La faillite signifie la liquidation forcée d'un débiteur lorsqu'il n'est plus possible de réhabiliter une entreprise. L'objectif de la procédure de faillite est une répartition équitable des actifs du débiteur entre les créanciers. Lorsque la procédure de faillite est terminée, le débiteur est liquidé et exclu du registre des personnes morales de la République du Kazakhstan.
5. Avantages et inconvénients.
5.1 Procédure de réhabilitation.
Le principal avantage de la procédure de réhabilitation est la possibilité d'obtenir un report de paiement de des dettes pour une période allant jusqu'à cinq ans avec la possibilité de les prolonger. Un autre avantage est que les créances des créanciers sur le débiteur sont fixées en KZT, ce qui peut atténuer le risque de Dette en devises étrangères en cas de dévaluation du tenge. Réhabilitation peut permettre de préserver une entreprise en activité si elle continue à générer des revenus, mais exige une protection temporaire contre les créanciers.
Entre-temps, la plupart des décisions clés de la procédure de réhabilitation sont prises par l'assemblée des créanciers. Le ou les créanciers dont le nombre de créances (votes) constitue la majorité à la réunion de créanciers du débiteur, contrôlera les décisions clés prises dans le cadre de la procédure de réhabilitation.
Par exemple, ils peuvent décider de laisser l'ancienne direction du débiteur diriger l'entreprise ou pour désigner une autre personne. Il en résulte un risque élevé pour le débiteur et ses propriétaires de perdre le contrôle de l'entreprise, ou sa gestion inefficace pendant la période de réhabilitation, qui peut ensuite augmentent le risque de faillite. Par conséquent, le processus de réhabilitation doit être abordé avec prudence. Il y a des cas où un débiteur utilise abusivement la procédure de réhabilitation pour éviter la responsabilité aux créanciers. 

 Il y a eu des cas où un débiteur a pu créer une dette artificielle envers un tiers (qui est de facto affilié au débiteur) afin que ce tiers puisse rendre un jugement au profit des bénéficiaires du débiteur et au détriment des autres créanciers. Il y a diverses méthodes pour contrecarrer ces approches injustes des débiteurs.
5.2 Procédure de faillite.
Le nom de la procédure de faillite parle de lui-même - elle prévoit la liquidation du débiteur. Toutes les demandes de mise en faillite d'un débiteur ne sont pas soumises à la procédure, et les créanciers peuvent les créanciers peuvent s'y opposer. Dans certains cas, un débiteur peut être en mesure de passer d'une procédure de faillite à procédure de réhabilitation ou vice versa, ce qui peut également affecter les créanciers. Dans les deux ainsi que dans les procédures de faillite, il est important de déposer une demande en temps utile au registre des les créances des créanciers, ainsi que pour assister aux réunions des créanciers.
Les procédures de faillite ne sont pas toujours prévisibles. Elle peut s'éterniser pendant plusieurs années et avoir Elle peut durer plusieurs années et comporte certains risques, tant pour le débiteur que pour ses membres/actionnaires, et ne doit pas être laissée au hasard. Un syndic de faillite doit être constamment surveillé et, dans certains cas, ses actions doivent être
Dans certains cas, les actions d'un syndic de faillite doivent faire l'objet d'un appel rapide.
La procédure offre également des possibilités aux créanciers. Par exemple, dans une procédure de faillite, un syndic de faillite l'administrateur judiciaire a le droit de contester les transactions du débiteur, ce qui peut entraîner l'obligation pour les contreparties du débiteur de de restituer l'argent ou les biens du failli (par exemple, si une personne a acheté les biens du failli, elle peut
être tenu de restituer le bien). Cela peut être nécessaire dans les cas où, à la veille de la faillite, un Le retrait des actifs a eu lieu à la veille de la faillite.
Dans les procédures de faillite, la responsabilité du fait d'autrui peut également être imposée dans certains cas la responsabilité des administrateurs, des participants/actionnaires d'un débiteur (responsabilité du fait d'autrui
La responsabilité présuppose la responsabilité d'un directeur, d'un participant/actionnaire de payer la partie restante de la dette du failli. les dettes des faillis).

Source: https://gratanet.com/ru/publications/restrukturizatsii-reabilitatsii-bankrotstva

Articles sur le même thème

Aucune actualité disponible.

Evénements sur le même thème

Aucun événement ne correspond à votre recherche

Partager cette page Partager sur FacebookPartager sur TwitterPartager sur Linkedin
Fermer

Vous débutez à l'export ?